Rechercher

Les femmes et les transports en Martinique

Lettre ouverte aux élu.e.s

Une journée de 12 heures, c’est long !

Tous les matins en allant travailler je regarde le couloir de bus du TCSP et je suis aigrie.

Aigrie parce que j’ai l’impression que personne ne pense aux personnes comme moi. Personne ne pense aux femmes qui arrivent le soir chez elles fatiguées parce qu’elles ont passé presque autant de temps dans les transports qu’au travail. Croyez-moi, une journée de 12 heures, c’est long !

Le TCSP un espoir

Madame, monsieur, je préfère croire que vous ne faites rien pour que les choses avancent, parce que vous ne savez pas, alors laissez-moi vous raconter. Et je pense que beaucoup de Martiniquais et de Martiniquaises vivent la même chose que moi

Je suis mariée, j’ai trois enfants, nous n’avons qu’une seule voiture et j’habite sur la Route de Bélem, au Lamentin. Comme mon mari se déplace pas mal pour son travail (il est commercial) c’est lui qui a la voiture et moi je dois prendre deux bus pour aller travailler à Fort-de-France.

Pour être au travail à  8h30, je pars à 6 heures , soit 2h30 de transport à l’aller et 2h30 au retour. En général, j’attends le bus une heure (et parfois plus) à Petit Manoir.

J’ai entre 4 heures et plus de transport par jour alors que j’habite à moins de 30 km de mon lieu de travail !

Le TCSP m’aurait permis de gagner au moins 2 heures. deux heures que j’aurai pu passer avec ma famille ou à me détendre après une journée de travail. Au lieu de cela, c’est deux heures debout, parfois avec des paquets…

A cause des horaires des bus à Petit Manoir, je suis restée longtemps au chômage. En effet, le dernier bus de Petit Manoir vers Bélem est à 17h45, si je le rate, je rentre à pieds. Alors je ne peux pas prendre un emploi qui se termine après 16h/16h30.

Et que dire des week-end ! Les week-end où mon mari travaille avec la voiture, les enfants et moi on ne peut rien faire si la famille ou les amis ne viennent pas nous chercher. Je ne peux même pas aller au bourg du Lamentin, alors la mer….

La situation des enfants n’est pas meilleure, ma fille en lycée professionnelle à Dillon, doit se réveiller à 4h 15 tous les matins, pour prendre deux bus scolaires celui de Bélem à 5h 30  puis celui de Petit Manoir à 6h05…Elle rentre tous les soirs à 18H30

Les femmes et les plus modestes laissées pour compte

Madame, monsieur, je suis une citoyenne qui paye ses impôts, qui vote, qui respecte les lois, mais j’ai l’impression que mon pays ne me respecte pas. Je remarque que dans le bus, il y a beaucoup plus de femmes que d’hommes. Est-ce la raison pour laquelle la question des transports  n’est pas prise au sérieux ?

Je remarque aussi que dans le bus, il y a rarement des bourgeois.   Alors ça voudrait dire que nous les gens modestes, on n’a qu’à faire des journées de 12 heures payées 7  et nos élu-e-s trouvent cela normal

Madame, Monsieur, je vous adresse cette prière : donnez-nous des transports qui permettent à la population, aux femmes qui sont les plus grandes utilisatrices, de vivre, travailler, avoir une vie citoyenne comme vous, d’être libres d’aller et venir. .

Karline B., 40 ans, membre de Culture Egalité/ témoignage recueilli par Culture Egalité

Le 17 septembre 2016

#DROITSDESfemmes #Transport

0 vue0 commentaire