Rechercher

Claudia Lecurieux, membre de Culture Égalité: « C’est une victoire pour l’opinion publiq

Article publié le 2 janvier 2017 par France-Antilles.

Au lendemain de la grâce totale accordée par François Hollande à Jacqueline Sauvage, l’association féministe Culture Égalité réagit.

Il y a tout juste une semaine vous adressiez aux médias la pétition « Soyons Solidaires » réclamant une grâce totale pour Jacqueline Sauvage. Cette dernière est aujourd’hui libre, quel est votre sentiment ?

Comment ne pas être en émotion à l’entendu de cette nouvelle : « Une grâce totale pour Jacqueline Sauvage » ? Et nous avons pleuré et nous avons ri… tant nous comprenions les mots de Carole Marot, la fille de Jacqueline : « J’en pleure, c’est merveilleux » . Cette grâce totale est d’abord une victoire pour l’opinion publique, « une victoire citoyenne et collective » , comme a dit Karine Plassard qui avait lancé en faveur de Jacqueline cette pétition que Culture Égalité a largement contribué à faire circuler.

On ne peut tout de même pas s’empêcher de penser qu’un meurtre a été commis, quel message cela envoie-t-il à la société ?

Oui, c’est vrai, dans un État de droit, « nul n’a le droit de se faire justice soi-même » , sinon on serait dans une sorte de jungle. Mais quand chaque année, en France, 200 000 femmes sont victimes de violences conjugales, que seulement 10% d’entre elles osent porter plainte, quand environ 674 femmes ont été tuées par leur conjoint entre 2012 et 2016… pour ces femmes, c’est une véritable loi de la jungle qui a sévi. La légitime défense est reconnue quand la riposte est proportionnelle à l’agression…Mais jamais les longues années de souffrances des femmes qui passent à l’acte ne sont comptées dans l’évaluation de l’agression. Cette grâce totale n’est donc pas du tout une incitation pour les femmes à prendre les armes…Par elle, l’opinion publique appelle la Justice à tenir compte de la réalité des violences subies par les femmes et à les condamner fermement. Elle envoie un avertissement ferme à tout homme violent qui, croyant à son impunité, continuerait à harceler, violer, ou battre une femme. Bien sûr, un meurtre a été commis, un homme est mort. Personne ne minimise ce fait. Mais n’oublions pas quand même que cette femme et sa famille ont subi pendant 47 ans des violences et des agressions sexuelles, dans l’indifférence générale.

Aussi, nous ne pouvons que partager le soulagement d’une famille dont la vie jusqu’ici n’a été que souffrance et qui, si le jugement avait été appliqué jusqu’au bout, aurait été condamnée à perpétuité.

Pourquoi tant de femmes restent-elles auprès d’un mari violent, jusqu’au drame ?

Il est difficile de comprendre pourquoi une victime a du mal à se séparer de son bourreau. Insidieusement, on pourrait en arriver à penser que si plus de femmes en étaient capables, elles n’en arriveraient pas, poussées hors de leurs limites, à passer à l’acte comme Jacqueline Sauvage ou Alexandra Lange. On entend souvent « poutji i rété » . Ce n’est pas simple surtout quand ces femmes se retrouvent très seules et ne sont pas entendues. Quand à la souffrance s’ajoute le désespoir, l’énergie est au plus bas ; la honte et le manque de perspectives… l’emprise est si forte qu’elle immobilise. La campagne de lutte contre les violences faites aux femmes de cette année 2016 interpellait sur ce phénomène d’emprise.

Pour en venir à bout, faut-il que la lutte contre les violences envers les femmes soit une priorité et un axe permanent dans l’éducation des jeunes filles et des jeunes garçons ?

Culture Égalité dans son axe « conscientisation » intervient auprès des femmes et des hommes dans des groupes non mixtes. Notre objectif est de les amener à se questionner sur les valeurs sexistes qui sont transmises aux enfants par le langage, les gestes, l’éducation en général. Nous nous efforçons ainsi de casser les codes de cette société sexiste qui construit encore trop d’hommes violents et de femmes qui ont du mal à sortir de l’emprise et à dire NON. Culture Égalité et bien d’autres associations luttent en donnant aux femmes les moyens d’être libres et de refuser toute emprise.

#cultureégalitéassociationféministeMartinique #DROITSDESfemmes #luttescontrelesviolencesfaitesauxfemmes

0 vue0 commentaire