Rechercher

2021, pour Kay Fanm, une année particulière 

Particulière car nous avons eu la joie de prendre possession de notre Maison des Femmes, de l’aménager, d’accueillir des ateliers divers en direction des femmes.


Particulière aussi car la situation sanitaire nous a mis des « bâtons dans les roues », nous obligeant à sans cesse revoir, annuler, réaménager nos projets.


Mais cette année a été en même temps riche de rencontres, d’accompagnement des 90 nouvelles femmes qui ont pris contact avec nous


De façon plus précise, nous pouvons noter que les actions de Kay Fanm sont de plus en plus connues pour l’accueil, l’écoute, la proximité mais aussi l’accompagnement que nous offrons dans les différents domaines : juridique, psychologique… Et également pour la diversité et la bonne ambiance de nos ateliers.

Cette année, les femmes reçues venaient en grande majorité du centre (Fort de France, Schœlcher, Lamentin), elles étaient âgées de 30 à 39 ans, et beaucoup d’entre elles nous ont contacté pour des problèmes de violences tant conjugale que professionnelle. La situation sanitaire et les décisions préfectorales de couvre-feu et de confinement ont provoqué, hélas, une augmentation des violences envers les femmes, les mères, les filles.


Par ailleurs, nous enregistrons la demande de plus en plus importante de femmes migrantes qui nous sollicitent tant pour des raisons administratives, que pour des problèmes sociaux ou de santé - des femmes, des mères qui se démènent pour garder leur dignité, pour s’intégrer… pour enfin mettre fin à leur long chemin d’exil.


Tous ces accompagnements : écoute, démarches administratives et les paniers solidaires, ont pu se réaliser malgré la situation exceptionnelle de pandémie et grâce à un réseau de plus en plus riche et diversifié qui nous permet d’élargir les réponses apportées

Culture Egalité s’attèle à dénoncer cette société patriarcale et le manque de moyens des autorités pour lutter contre cette augmentation des violences à l’encontre des femmes et 2021 s’est achevé avec, pour nous, l’espoir que les politiques publiques accordent un plus grand intérêt aux problèmes spécifiques des femmes de la Martinique.


Rose et Maguy


20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Voilà le slogan choisi pour le 8 mars 2022. La précarité, qu'elle soit économique, sociale ou culturelle, est un processus qui découle du fonctionnement de notre société. Les femmes sont encore plus t

La précarité, nom commun féminin ! Les femmes constituent la majorité des personnes qui subissent instabilité, insécurité et pauvreté. Cette grande précarité est étroitement liée à leur place dans la