fbpx
parallax background

La Mulâtresse Solitude

8 mars : Droits des femmes
6 mars 2017
Marie-Jeanne
10 mars 2017

Nous savons très peu de choses de La Mulâtresse Solitude. Mais le contexte dans lequel elle a vécu et combattu est bien connu.

La Mulâtresse Solitude et la lutte contre le rétablissement de l’esclavage. (Guadeloupe, 1802)

 

En 1793, les colons de la Guadeloupe, sentant l’esclavage menacé par la Révolution française, font appel à l’invasion britannique (traité de White Hall).
Pour vaincre les Anglais, la Convention, en guerre contre l’Europe, proclame l’Abolition de l’esclavage.
Et l’armée républicaine s’appuie en Guadeloupe sur les libres de couleur et les anciens esclaves (1794).
En 1802, Napoléon dépêche dans l’île 3500 hommes pour rétablir l’esclavage.
Les « bataillons noirs de l’armée républicaine » (conduits par Ignace, Massoteau, Palerme, Delgrès…) sont vaincus et décimés (plus de 3 000 morts).
L’historien guadeloupéen A. Lacour, s’appuyant sur les archives et des récits de témoins de l’époque, rend en 1858 un hommage involontaire à la part prise aux combats par l’ex-esclave Solitude :
«Elle laissait éclater, dans toutes les occasions, sa haine et sa fureur…. Et cette malheureuse allait devenir mère ! Solitude n’abandonna pas les rebelles et resta près d’eux, comme leur mauvais génie, pour les exciter aux plus grands forfaits.»
«Arrêtée enfin au milieu d’une bande d’insurgés, elle fut condamnée à mort ; mais on dut surseoir à l’exécution de la sentence. Elle fut suppliciée le 29 novembre après sa délivrance.»
Les Guadeloupéen.ne.s, les Caribéen.ne.s d’aujourd’hui se reconnaissent dans la grande figure de Solitude et dans son combat pour la liberté.
mi, quis venenatis, eget dictum Nullam in